Imoca Teamwork

New York Vendée 2024 - « Naviguer proprement et aller vite ! »

Ce mercredi 29 mai, à 20h, heure française, sera donné le départ de la New York Vendée, dernière grande répétition générale avant le Vendée Globe. Hier, mardi 28 mai, 24h avant le coup d’envoi, Justine Mettraux, à bord de son IMOCA Teamwork – Team Snef, a quitté son mouillage au Pier 6, au pied de la Skyline de Manhattan pour rejoindre la ligne, virtuellement mouillée à 93 milles des côtes Américaines. Devant la suissesse, 3200 milles à parcourir pour rallier Les Sables d’Olonne, arrivée de la course.

Justine Mettraux, à son départ du ponton, dans la marina de One 15 :

« Ça va bien ! Ce départ est particulier car on part maintenant et que le départ n’est que dans 24h. On a encore le temps de se projeter dans la course. Ça permet de partir de manière assez tranquille.
L’idée maintenant c’est d’aller assez rapidement sur la ligne pour être là-bas à temps, puis pouvoir essayer de se reposer en attendant le départ et être bien prête à ce moment-là.
Au départ, les conditions seront faibles, probablement autour de 5 nœuds de vent. Pendant les 24 premières heures de course les conditions seront très lights. Ça peut être un peu aléatoire, il y avoir soit un peu plus soit un peu moins de vent que prévu. Le courant aura aussi son rôle à jouer avec le Gulf Stream. On verra ce qu’il y aura sur le moment.
La course risque d’être plutôt longue. Ce n’est pas encore très clair, ça va dépendre de quand on arrive à toucher du vent après la zone de molle du début. L’idée est d’aller chercher des vents de sud-ouest après une dépression. La suite de la course sera définie par le moment où on touchera ce vent-là. C’est quand même difficile de se prononcer dès maintenant. On en saura plus d’ici 3 à 4 jours.
Effectivement, c’est la dernière course avant le Vendée Globe mais comme on est déjà qualifiés, on a moins de pression, on rentre à la maison. L’idée, comme d’habitude c’est de continuer à bien prendre mes marques toute seule, ça reste seulement ma 3ème transat en solo sur le bateau. Ça va être encore l’occasion d’apprendre des choses, de continuer à tester le bateau avec ses nouveaux foils et d’en tirer le maximum. Le mantra reste le même, naviguer proprement et aller vite quand c’est possible ! »

Imoca teamwork (1)